PAYS DOGON - MALI

Publié le par Echasse

Photo : Bernard Corneil



Il existe une tradition d'échassiers au Mali, en pays dogon.
Les échasses appartiennent à la famille des maques et sortent pour des occasions spécifiques (funérailles, sigui..). Elles seraient fabriquées en bois de ronier.
Lors de funérailles, le masque à échasses étant le plus haut, il serait le mieux placé pour "évacuer" la mort, sorte d'intermédiaire entre le monde des vivants et celui des morts.

Cette tradition d'échassiers est difficile à dater dans le temps.
Elle perdure toujours en s'adaptant à l'évolution du système traditionnel. Un festival des masques a d'ailleurs été créé au pays dogon, sorte de fusion entre  les danses rituels et les festivals "occidentaux"... Voir à ce sujet l'éude d'Anne Doquet sur ces festivals.
Plusieurs troupes sortent également les échasses de leur "univers rituel" pour les utilser dans des prestations artistiques.


                                            


"Chaque famille Dogon a un masque (Kanaga, Imana, jeunes fille, bœuf, lapin… et le masque à échasses dont le haut est un masque de jeune fille).

Le masque se transmet au cours de la cérémonie du dama qui a lieu une fois par an. Le masque est un héritage culturel. On peut porter un masque qui n’est pas transmis par le la famille dans ce cas il faut une autorisation donnée par le chef des masques.

Chaque danse –donc chaque masque- se danse sur un rythme spécifique du tam-tam. Il y a aussi un rythme pour tous les masques ensemble, ensuite aux différents sons, chaque masque « sort » pour faire sa danse.

Les jambes des échassiers ne sont à l’origine, pas masqués. Quelques-uns une commencent à le faire, c’est un choix personnel. Si les jambes peuvent être masquées, les échasses ne le sont pas car les peintures ont une signification.

Chaque personne fait son masque, le montre ensuite au chef des masques qui y met un secret. Mais si le chef donne des secrets, il faut aussi que chaque danseur y mette ses propres secrets ; La hauteur des échasses est fonction des secrets.

Quelque fois les échasses sont en bois, mais des fois c’est une tige de mil !!!!

Quand une échasse casse (à cause d'un sort jeté par exemple), le sang coule du bois. L’échassier frappe avec sa queue de vache et l’échasse se répare, pour pouvoir finir la cérémonie . Ce n’est qu’après que l’échassier se fabrique une nouvelle paire. "

Propos recueillis au village de Pelou - Mali - Janvier 2001










Publié dans pays du monde

Commenter cet article